Livraison gratuite à partir de 29,90€
 
Acheter des masques FFP
Femme avec un respirateur dans le train

Le port du masque respiratoire en voyage :
Quel masque protège vraiment contre les infections ?

Dans le monde actuel, les déplacements restent nombreux ; Voyage d'affaires, relation à distance, deuil dans la famille ou simplement des vacances réservées depuis longtemps. Mais avec une pandémie comme celle du Covid-19, le voyageur doit garder certaines précautions à l’esprit. Les masques respiratoires font absolument partie des accessoires à garder à portée de main. Mais quel masque protège vraiment contre les infections ?

Comment voyager en toute sécurité

S’informer et bien organise son déplacement peut permettre de réduire le risque d’infection.

Port du masque obligatoire et autres mesures de sécurité

Une vague de pandémie ne s'arrête ni à la porte des centres d'affaires ni devant les lieux de vacances. Le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères actualise quotidiennement les informations concernant les régions et pays les plus touchés par une pandémie. Qu’une région soit considérée par le Ministère comme étant à risque ne signifie pas qu’il est interdit de s’y rendre. C’est à chacun de décider. De déterminer l’importance personnel du déplacement. Bien préparé, vous pouvez réduire de façon significative le risque d'infection et la propagation d'un agent pathogène qui y est associée.

Dans tous les cas, renseignez-vous sur votre destination. Outre les aspects pratiques et les formalités comme les mesures de quarantaine, les tests obligatoires avant le départ ou le certificat médical, le voyageur doit clarifier les points suivants :

  • Quelles sont les régions particulièrement touchées ?
  • Comment se transmet l’agent pathogène ?
  • Quels sont les symptômes d’une infection de cet agent pathogène ?
  • Quelles sont les mesures de sécurité conseillées par les experts ? (par exemple l’OMS)
  • Quelle est la stabilité du système de soins de santé dans la région ?
  • Qui puis contacter sur place au besoin ? (surtout les coordonnées des consulats)
  • Comment puis-je réduire au minimum les contacts pendant mes déplacements dans le pays ? (location de véhicule au lieu des transports publics, appartement au lieu d’un hôtel)
  • À quoi dois-je faire attention au retour ?

Si vous remarquez des signes d'infection peu de temps avant de partir vous devez demander conseil à votre médecin. Si le diagnostic est positif, vous devriez annuler votre voyage.

Même si éventuellement seules les régions voisines de votre lieu de vacances sont touchées : Prenez vos précautions. En plus de votre trousse de premiers secours bien équipée, prenez aussi tout ce qui peut vous protéger. En cas d'épidémie comme celle du Covid-19, cela inclut dans tous les cas un masque FFP, que vous pouvez utiliser dans l'avion ou dans la voiture.

Eingeschweißte Atemschutzsmaske von Dräger

En plus des autres mesures, le port du masque obligatoire s'est avéré être une étape importante dans l’enrayement des pandémies. Dans toute l'Europe et cela depuis le début de la pandémie de Covid-19, le port d’une protection bucco-nasale est obligatoire dans les espaces publics.

Un masque FFP est-il sûr ?

La règle du port du masque obligatoire n’impose pas de protection bucco-nasale particulière. Cela donne à chacun une certaine marge de manœuvre. Au début de la pandémie de Covid-19, cela était dû au fait que les stocks de masques FFP et de protection respiratoire médicale étaient limités et donc réservés au personnel médical. Une couverture faite « maison » ou disponible dans le commerce et donc facilement accessible à tous en tissu relativement serré réduit le risque d'infection, au moins pour les autres. Mais elle signifie aussi qu’elle ne sert qu’à la protection de l'autre et ne retient qu’une partie des gouttelettes éventuellement infectieuses projetées lors de l’expiration.

A savoir que lorsqu'on porte un masque chirurgical lors d'un déplacement, il ne protège pas son porteur mais uniquement son entourage. Un dispositif médical doit satisfaire des normes de protection plus élevées. Le marquage CE confirme qu’il protège l’environnement de la transmission du virus.

Seuls les masques FFP vous protègent de la contagion dans l'avion ou dans le train. Les masques FFP ont été conçus pour ceux qui, dans l’exercice de leur profession, que ce soit sur le chantier ou en laboratoire, sont exposés par exemple aux vapeurs toxiques, poussières fines nocives, spores de champignons, aérosols ou virus. Ces dispositifs aussi appelés masques à particules filtrants font partie de l’équipement de protection individuelle (EPI). Comme la protection au travail le prescrit, ils doivent satisfaire de nombreuses spécifications précises et résister à des tests rigoureux. Le marquage CE le confirme.

Médecin avec masque FFP et autres vêtements de protection

Quel masque FFP pour les voyages ?

FFP1, FFP2 ou FFP3 ? Les masques à particules filtrants sont répartis selon différentes classes de protection. Mais ils ont tous un point commun : Ils sont composés d'un matériau filtrant performant et, lors de l’inspiration, ils sont imperméables aux particules même les plus fines. Grâce à sa bande élastiquée et souvent à un pince-nez, ils sont moulants pour être étanches. Les masques classés FFP3 garantissent le plus haut niveau de protection. Seuls les FFP3 arrêtent virus et bactéries. Les masques respiratoires FFP3 sont donc à favoriser pour ceux qui veulent se protéger en voyage.

Avec ou sans soupape : Quel masque respiratoire est adapté aux voyages ? Certains modèles disposent d’une soupape pour faciliter l’expiration du porteur. L’air expiré est donc non filtré. Toutefois, ce qui s'avère très pratique sur le lieu de travail ne convient pas aux voyages en temps de pandémie. Seul le masque FFP3 sans ou avec sa soupape fermée protège également les autres passagers. Par conséquent, fermez la soupape ou prenez le masque FFP3 avec soupape simplement comme substitut. Certaines compagnies aériennes et autres opérateurs de transport n’acceptent pas ce type de masques respiratoires pour les voyages en avion et en transports publics.

À l'extérieur d'un masque FFP avec une valve

La bonne utilisation des masques FPP pendant les voyages : Plus de sécurité et de confort

Vous avez prévu un voyage en avion ou un trajet en train de plusieurs heures ? Avec un FFP3 sans soupape, vous vous protégerez vous ainsi que les autres passagers. Tous les masques certifiés doivent retenir les virus.

Mais le masque est-il confortable et peut-on inspirer et expirer facilement lorsqu’on le porte ? Sur cet aspect, il y a quelques différences selon les produits. Avec le Dräger X-plore® 1700, vous profitez d’une bonne filtration et pouvez inspirer confortablement. Grâce à son non-tissé intérieur doux et hydrofuge, il reste confortable malgré l’humidité de l’air expiré et cela pendant un long moment.

Bien sûr, vous devez remplacer régulièrement votre masque FFP3. Pensez à en prendre plusieurs pour votre voyage. En règle générale, le masque de protection FFP3 de Dräger protège pendant huit heures d’affilée. Rappelez-vous cependant que le retirer et le remettre peut permettre aux virus à sa surface d’y pénétrer. Un masque offre donc une protection à 100% que si vous le retirez le moins possible, que vous le changiez régulièrement et bien sûr en l’ajustant correctement à votre visage.

Voyager en toute sécurité avec le bon masque

Les conditions d'un voyage en avion ou en train montrent à quel point le port des masques FFP3 sont importants.

Avantages d'un masque FFP dans l'avion

Homme avec masque FFP3 dans l'avion

Par sa nature l’espace dans un avion est étroit. Pendant l’embarquement, en cabine et sur place : Il est pratiquement impossible de respecter une distance sécurisée par rapport aux autres voyageurs. Seul un masque FFP3 vous protégera adéquatement dans l'avion contre les maladies infectieuses de type Covid-19, SRAS, tuberculose, méningococcie et grippe transmises par voie aérienne et par les gouttelettes.

Les compagnies aériennes font souvent référence à la bonne filtration de l'air de la cabine ainsi qu'au flux et échange d'air réguliers. C’est en règle générale correct. Mais compte tenu du nombre souvent élevé de 200 passagers, les transmissions ne sont malheureusement pas exclues. Des gouttelettes expirées restent dans la cabine pendant plusieurs minutes et peuvent être transportées par des tourbillons d'air avant d'être aspirées. Les gouttelettes toussées se répandent principalement sur les sièges voisins. Pour que l'échange d'air se fasse bien, toutes les bouches d'air frais devraient être ouvertes, ce que qui n’est pas très agréable. Les masques respiratoires ne sont pas portés de façon disciplinée par tous les passagers, surtout sur les vols de longue durée. De plus, il est dans la nature des choses que le masque doit être retiré pour boire et manger.

Même en laissant libres les sièges voisins ou la rangée du milieu, on ne peut pas prévenir une infection à 100%. Un masque FFP vous protège non seulement dans l'avion, mais aussi pendant le trajet vous menant à l'aéroport, l'enregistrement, devant la porte d'embarquement et dans le bus de l'aéroport bondés ainsi que pendant l'embarquement et le débarquement de l'avion, alors que tous les passagers sont serrés les uns contre les autres.

Note pour les personnes souffrant de maladies respiratoires : Vous devez veiller à bien vous protéger des agents pathogènes. Mais n’oubliez pas que la pression de l’air dans un avion est plus élevée qu’au sol. La respiration à travers un masque FPP peut de ce fait être plus difficile. Emportez donc au cas où un masque simple avec une résistance à la respiration moindre.

Un masque FFP est aussi utile dans le train

Compartiments pleins, bousculade dans les gares et sur les quais : Pendant les voyages en train, il est aussi difficile de respecter la distance minimale entre les voyageurs. Il est rare de pouvoir ouvrir les fenêtres pour aérer, et cela n’est d’ailleurs pas conseillé si les températures extérieures sont froides. Les trains ne sont pas tous équipés d’une climatisation permettant le remplacement régulièrement l’air. De plus, cet air est alors soufflé dans toute la voiture. Réserver la place à côté de la sienne pour assurer la bonne distanciation avec son voisin n’est donc pas la solution.

Homme et femme avec respirateurs en train

Enfin, le personnel n’est pas en mesure de contrôler autrement que ponctuellement les personnes ne portant pas de masque dans le train et la gare. Malgré un concept d’hygiène souvent ingénieux, le personnel ne peut pas non plus se protéger de façon fiable d’une infection. Dans le train aussi, l’une ou l’autre personne retirera son masque pour boire ou oubliera les bonnes habitudes en matière d’éternuement ou de lavage des mains.